Cela faisait plusieurs mois, voire quelques années, que le Président entretenait le suspense sur la question de sa candidature à ce scrutin. Le jeudi 5 mars dernier, Alassane Ouattara a mis fin au suspense. Il a annoncé qu’il ne briguera plus jamais un autre mandat. Par cette décision, Alassane Ouattara entre dans l’Histoire par la grande porte. 

Le chef de l’État est un homme de parole au moment de l’adoption de la Constitution de 2016, il avait annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat. Puis il avait semblé se raviser, pour finalement, lors de l’une de ses dernières déclarations sur le sujet, conditionner sa candidature à celle de ses opposants historiques que sont Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Depuis le jeudi dernier, l’on comprend désormais que tout cela était de la stratégie. En homme de parole, l’ex- DGA du FMI a juste fait droit à cette valeur qui le caractérise. Le respect de la parole. Surtout qu’il déclarait qu’il n’avait jamais passé 5 ans à un poste. Mais exceptionnellement pour l’amour de son pays, il y a passé 10 ans. Comme Houphouet avant lui, les Ivoiriens regretteront Alassane Ouattara, père de la Côte d’Ivoire moderne.