Le coordonnateur RHDP de la Région du Bélier, Dr Brice KOUASSI, a parrainé la cérémonie d’investiture de la présidente des ONG et associations féminines RHDP du département de Tiebissou, ce samedi 07 mars 2020, à Lomokankro dans la sous-préfecture de Tiébissou.

Cette cérémonie qui a vu la participation de plusieurs associations féminines qui exercent dans le vivrier, s’est déroulée en présence de la représentante de Madame la Ministre Goudou Raymonde, présidente de la cérémonie, du Maire de Tiébissou, monsieur N’DRI Germain et de plusieurs cadres ressortissants du « tchewy».

La présidente du comité d’organisation, Madame Chérif NABINTOU, a présenté sa structure et le contexte d’organisation de cette cérémonie.

Le maire de la commune de Tiébissou, Monsieur N’DRI Germain, coordonnateur régional associé et monsieur KOUAME David, départemental RHDP, sont intervenus pour traduire leur gratitude et leur remerciement au parrain de la cérémonie tout en encourageant les femmes à leur autonomisation, gage du développement de Tiébissou.

Dr Brice KOUASSI, parrain de la cérémonie, a, dans son allocution, félicité les femmes pour la parfaite organisation de la cérémonie.

Il s’est ensuite adressé aux femmes de Tiébissou en ces termes :

si vous travaillez bien, vous ferez de Tiébissou une grande zone de production vivrière 

Il s’est dit être disposé à encadrer et accompagner ces braves femmes de Tiébissou pour leur autonomisation. Il s’est engagé aux côtés de son frère N’DRI Germain à œuvrer pour que l’année prochaine, Tiébissou soit doté d’une usine de transformation de manioc.

Il a clos son propos en lançant un appel à Monsieur YOBOUE Pascal, président du Conseil Régional du Bélier.

Allez dire à YOBOUE Pascal que nous l’aimons beaucoup et nous l’attendons au RHDP pour qu’ensemble on développe Tiébissou. Qu’il nous rejoigne rapidement, car ce que nous avons choisi est bon pour Tiébissou et bon pour toute la région du Bélier. Tout le monde a connu des frustrations. C’est notre aîné. En avril, nous passerons à la vitesse supérieure, qu’il ne nous oblige pas à le traiter en adversaire

, a-t-il indiqué.